Attaque terroriste à Grand-Bassam/ Guillaume SORO : «…Nous devons nous armer de courage…»


Attaque terroriste à Grand-Bassam/ Guillaume SORO : «…Nous devons nous armer de courage…»

publié le Mardi 15 Mars 2016 à 18:53:26

Le Président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, s’est rendu ce mardi 15 mars 2016 à Grand-Bassam pour une visite de compassion et de soutien aux différents propriétaires des sites hôteliers qui ont fait l’objet d’une attaque terroriste le dimanche 13 mars dernier. Accompagné de plusieurs élus, au terme de sa visite, le chef du parlement s’est soumis aux préoccupations de nombreux médias présents. Guillaume SORO a saisi cette occasion pour déplorer cette tragédie qu’il a qualifiée d’inconcevable et a surtout appelé les Ivoiriens à la vigilance et à demeurer courageux.

Q : Monsieur le Président, après l’attaque terroriste perpétrée à Bassam, vous êtes sur le site avec les députés, que doit-on retenir de votre passage ?

Guillaume Kigbafori SORO : D’abord au nom de la Représentation nationale, je voulais exprimer à toute la Côte d’Ivoire entière, spécifiquement aux familles endeuillées, les condoléances de l’Assemblée nationale. La Côte d’Ivoire, notre pays, vient d’être frappée par cette tragédie, par cette attaque inconcevable de terroristes sur une ville aussi symbolique que Grand-Bassam qui a été la première capitale politique de la Côte d’Ivoire.

La Représentation nationale ne pouvait pas demeurer indifférente. C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui, avec le Bureau de l’Assemblée nationale, les présidents de Commission, les présidents de tous les groupes parlementaires pour venir soutenir Grand-Bassam, pour venir être aux côtés de Grand-Bassam.

Voyez-vous, lorsque le propriétaire de l’un des hôtels attaqués nous expliquait, j’ai bien vu sur le visage des uns et des autres l’horreur, la stupéfaction et surtout aussi l’indignation. Tel qu’il nous l’expliquait, c’est l’occasion de dire que ce sont des personnes qui ont fait preuve d’héroïsme pour essayer de faire en sorte que le carnage ne soit plus grand. 

Ensemble, nous allons resserrer les liens, les coudes, pour que plus jamais une telle barbarie n’ait lieu dans notre pays.


Q : Monsieur le Président, après une visite de la scène du crime qu’est-ce que vous retenez ?

Guillaume Kigbafori SORO : Vous savez, nous entendions parler du terrorisme de bien loin, au-delà de nos frontières. Après ce passage ici, la description de la scène par des témoins oculaires montre bien que ces terroristes sont comme dans un monde parallèle. Il nous a été expliqué comment ils couraient au-devant des balles, avec une certaine sérénité. Cela est très inquiétant. C’est pourquoi je pense qu’au lieu d’être effrayé, les Ivoiriens doivent s’armer de courage, et nous devons faire en sorte d’apporter notre soutien total aux forces de l’ordre.

J’ai parlé avec le Préfet. Il m’expliquait que les informations remontaient. Et je pense que la population, tout le monde sans exception, nous devons être désormais vigilants, cela est important.

Je veux saluer les différents propriétaires que j’ai vus, qui ont fait preuve de courage. Je n’ai pas vu un seul qui a fui son restaurant et laisser les clients dans le désarroi, dans la panique. Ils ont plutôt été courageux, disciplinés et ils ont permis de sauver des vies. Vous savez, sur une plage, cela aurait été plus tragique, plus dramatique.
Je veux les féliciter et féliciter aussi le gouvernement qui a eu la bonne idée déjà, de faire faire des exercices de simulations aux forces de sécurité. Il nous a été dit qu’à l’Etoile du Sud, qu’elles avaient déjà participé à des exercices de simulation. Cela a quand même permis d’anticiper.


Q : Monsieur le Président, pensez-vous que cette attaque aura des incidences sur l’économie ivoirienne ?

Guillaume Kigbafori SORO : Ecoutez, évidemment une telle attaque peut créer la peur, si ce n’est pas du point de vue de la communication bien gérée, cela peut donner une mauvaise image. C’est pourquoi, bien au contraire, il  faut que le travail reprenne. Je le dis aux restaurateurs, il faut que les choses reprennent. Je pense que le gouvernement a pris des dispositions pour apporter une plus grande sécurité. Et nous devons tous œuvrer à faire en sorte que, justement, notre économie ne prenne pas un coup. Parce que, vous savez bien que le terrorisme a pour terreau fertile la pauvreté. Donc, c’est à nous de continuer la lutte courageuse contre la pauvreté.

Je demande donc aux uns et aux autres, aussi bien au corps préfectoral qu’aux élus surtout, de faire des campagnes de sensibilisation, c’est notre rôle, aussi bien les députés, les maires, que les présidents des régions pour qu’on se relève très courageusement et qu’on continue notre marche de l’avant.

Propos recueillis et retranscrits par Maiga Idrissa




A la une

agenda du président

+

EDITO

POUR UNE CONSOLIDATION DU RHDP

POUR UNE CONSOLIDATION DU RHDP




TRIBUNE INTERNATIONALE

Commémoration du 19 septembre 2002 : un sacrifice pour la paix et la réconciliation des Ivoiriens

Commémoration du 19 septembre 2002 : un sacrifice pour la paix et la réconciliation des Ivoiriens



Actuellement sur la WEBTV