Royaume du Sanwi/Le concert live de Guillaume SORO à Krindjabo


Royaume du Sanwi/Le concert live de Guillaume SORO à Krindjabo

publié le Lundi 19 Fevrier 2018 à 13:06:19

La star moins inattendue a été Guillaume SORO ce samedi 17 février 2018 sur le gigantesque podium dressé à la place royale de Krindjabo. 

Guillaume SORO a gratifié  le public de la capitale du royaume Sanwi d’un concert live qui a émerveillé les uns et les autres. 

Il est 20 heures 15 minutes, les ingénieurs de son avec leurs techniciens de podium s’attèlent à achever les derniers réglages pour livrer la scène aux AS du Zouglou. C’est ce groupe que  tout le public de Krindjabo attendait de voir monter sur cette scène. Mais contre toute attente, c’est plutôt Guillaume qui apparait sous les projecteurs de ce monumental podium.

Habillé en chemise pagne manches courtes et d’une longue culotte cousue en style traditionnel, l’entrée sur scène imprévue de Guillaume SORO, micro en main, arrache à ce  public surpris, des cris et des hurlements de joie pour accueillir leur prince du Sanwi sur scène.

Pendant près d’une demi-heure, la star Guillaume SORO va interpréter des titres. Merveilleusement accompagné par des musiciens aguerris. Le prince du Sanwi va proposer des chansons très connues des Ivoiriens, surtout ceux de la génération des années 90.

« Qui ne risque rien n’a jamais rien », extrait d’un album à succès de Kimon de Ramsès, sera le premier titre chanté par Guillaume SORO, d’ailleurs bien apprécié de ce chaleureux public, constitué majoritairement de jeunes mais aussi d’adultes qui ont bien vécu cette époque d’euphorie de  l’Orchestre de l’Université d’Abidjan (OUA).

« Les imbéciles », composition  issue du riche répertoire d’Alpha Blondy sera la seconde mélodie que Guillaume SORO, star d’un soir, va gratifier à son fidèle public. « Tout change, tout évolue seuls les imbéciles ne changent pas », reprenait en chœur toute l’assistance au bord de l’euphorie pour accompagner leur idole Guillaume SORO.

Autre note musicale livrée, ‘’Natural mystic’’ de Bob Marley mais dans sa version française interprétée par Alpha Blondy : « Il ya un mystère naturel qui souffle dans l’air, si tu écoutes prudemment tu entendras l’air », entonnaient ensemble  l’artiste et son public.

Guillaume SORO va boucler son temps de scène avec le titre  « étudiant yako » du groupe Les Salopards. Avec pour message de fond repris par la foule « trop de frustrations appellent la révolution ».

C’est un peu au-delà de 21 heures que Guillaume SORO  va se retirer et faire place  aux As du Zouglou pour la suite du concert  jusqu’au petit matin. Il laisse  derrière lui un  public de Krindjabo qui s’est rendu compte que Guillaume SORO sait également se servir d’un podium, non pas uniquement pour des meetings ou des messages de nature politique. Mais aussi pour apporter de la joie et de la gaieté aux Ivoiriens par la musique en concert live.

Ce public le lui a bien rendu en communiant avec lui avec beaucoup d’enthousiasme pendant environ 35 minutes de scène avant qu’il ne regagne la résidence royale sous une forte escorte des chasseurs d’images, à savoir cameramen et photographes.

 

Lorsque que Guillaume SORO apparaitra de nouveau, ce sera une heure plus tard loin de la scène. Cette fois, vêtue d’une chemise blanche pour entamer la série de prise de photos avec chacun des nombreux jeunes présents à Krindjabo pour la crush party III que cette cité a eu l’honneur d’abriter.

Idrissa Maiga 




A la une

agenda du président

+

EDITO

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations




TRIBUNE INTERNATIONALE

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR