Ivosep-Treichville : La levée de corps de feu Fayama Ardjouma Moussa a eu lieu ce vendredi


Ivosep-Treichville : La levée de corps de feu Fayama Ardjouma Moussa a eu lieu ce vendredi

publié le Dimanche 07 Octobre 2018 à 00:50:07

La salle Félix Houphouët-Boigny d’Ivosep à Treichville a accueilli ce vendredi 5 septembre 2018, la cérémonie de levée de corps de Fayama Ardjouma Moussa, ex-conseiller du Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

Parents, amis, connaissances, collègues, profondément marqués, sont venus témoigner de leur attachement au défunt. Le Chef du Parlement était représenté par le Secrétaire général de l’Assemblée nationale, Latt Ahouanzi N’Drin. L'un après l'autre, ils ont exprimé leurs condoléances à la famille pour cette disparition.

Après la présentation des condoléances, le chef de service des ressources humaines de l’Assemblée nationale, Zoulou Vincent de Paul, a dit l’oraison funèbre, tout en rappelant quelques souvenirs et moments forts avec feu Fayama. Et surtout pour « le sacrifice consenti pour l’Etat de Côte d’Ivoire et auprès du Président de l’Assemblée nationale », a-t-il ajouté.

A sa suite, le porte-parole de la famille, Ouattara Adama, a remercié le Président Soro pour, dit-il, « les nombreuses marques de sympathie et de soutien à l'endroit de la famille dès l’annonce du décès ». « La famille voudrait remercier Son Excellence Monsieur Guillaume Kigbafori Soro pour le soutien moral et financier pour le décès de son collaborateur de longue date », a-t-il précisé.

Décédé le 27 septembre dernier à l’âge de 61 ans à Abidjan des suites d’une maladie, feu Fayama Ardjouma sera inhumé samedi 6 septembre à Bouaké.

BAMBA Soualo

 




A la une

agenda du président

+

EDITO

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations




TRIBUNE INTERNATIONALE

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR