En visite privée en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro accorde une audience à son homologue français François de Rugy


En visite privée en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro accorde une audience à son homologue français François de Rugy

publié le Lundi 26 Fevrier 2018 à 21:10:16

Présent depuis hier dimanche en Côte d’Ivoire sur les bords de la Lagune Ebrié pour une visite privée, le Président de l’Assemblée nationale de la République française, SEM. François de Rugy, a été reçu, ce lundi 26 février 2018, en audience par le Chef du Parlement ivoirien, SEM. Guillaume Kigbafori Soro.

Au sortir de cette audience qui s’est tenue dans un enthousiasme béant au regard des chaudes poignées de mains et de la bonne convivialité qui a prévalu tout au long de l’entretien, les deux Présidents d’Institutions se sont adressés à la presse.

Selon le chef du Parlement M. François de Rugy, plusieurs questions essentielles ont été débattues lors des échanges. Notamment le renforcement des relations entre les deux parlements français et ivoirien avec en ligne de mire les projets communs en voie de réalisation, la question de la sécurité internationale dédoublée du défi commun de la lutte contre le terrorisme à relever.

Pour clore, le chef du Parlement français a répondu favorablement à l’invitation officielle en Côte d’Ivoire, à lui lancée par son homologue ivoirien.

Ci-dessous de larges extraits de leurs interventions :

SEM. Guillaume Kigbafori Soro, Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire : «  Je me dois de le dire, les relations entre nos deux institutions et par- delà nos Etats sont des relations excellentes ».

« Mesdames et messieurs les journalistes, c’est avec beaucoup de joie que je reçois le Président de l’Assemblée nationale française en séjour privé. Mais le Président de l’Assemblée nationale française a accepté à notre demande de venir ici dans cette institution. Et je voudrais dire que je suis particulièrement content que le Président de l’Assemblée nationale française ait choisi la destination Côte d’Ivoire pour venir en séjour privé. Je suis aussi… et je me dois de le dire, les relations entre nos deux institutions et par-delà nos Etats sont des relations excellentes. A chaque fois que j’ai été en séjour en France, le Président de l’Assemblée nationale m’a reçu dans son institution. Et donc c’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous le recevons ici.

J’ai profité de l’audience que nous avons eue pour réinviter M. le Président de l’Assemblée nationale, cette fois en visite officielle auprès du Parlement ivoirien lui permettant, comme je lui ai indiqué, cette fois de prendre la parole devant les députés de Côte d’Ivoire… Je laisse donc la parole au Président pour vous entretenir sur sa visite ici en Côte d’Ivoire. »

SEM. François de Rugy, Président de l’Assemblée nationale de la République française : « nous devons contribuer, c’est une mission que je me suis donné en tant que Président d’Assemblée nationale en France, aux bonnes relations entre nos deux pays …»

« Merci Monsieur le Président pour cet accueil en terre ivoirienne, qui se trouve être un accueil très chaleureux et pour cet autre accueil très chaleureux ici à l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

Je suis ici en visite privée en Côte d’Ivoire, mais je devais néanmoins répondre à l’invitation du Président de l’Assemblée nationale. Nous avons échangé très récemment à l’occasion d’une visite à Paris dans le cadre de la réunion du Bureau de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie, à laquelle vous participiez et puis au mois de juillet dernier lors d’un échange direct au cours de votre séjour à Paris. Evidemment, je crois qu’à notre niveau, entre parlementaires, nous devons contribuer, c’est une mission que je me suis donné en tant que Président d’Assemblée nationale en France, de contribuer aux bonnes relations entre nos deux pays, à développer les relations internationales que nos députés peuvent entretenir directement pour conforter  les relations entre nos pays, surtout la relation entre la France et la Côte d’Ivoire est une relation particulièrement forte. Et avec l’échange que j’ai eu auparavant avec le Président de la République Alassane Ouattara et avec l’échange que nous venons d’avoir, je crois que nous sommes tout à fait d’accord pour constater que les projets communs que nous avons entre la France et la Côte d’Ivoire sont des projets très importants ; très importants pour nos deux pays bien sûr ; très importants aussi pour l’Union européenne, pour l’ensemble de la région de l’Afrique de l’Ouest. Et la Côte d’Ivoire, je le dis très clairement, est un point d’appui extrêmement fort, solide, important dans cette région. C’est à la fois la vitalité économique, le dynamisme économique qu’il faut conforter. C’est aussi la capacité à dépasser les problèmes politiques pour bâtir une démocratie solide, un Etat de droit dans la durée, ce qui me parait très important.

Et puis enfin sur la question de la sécurité. Chaque fois que nous avons échangé, nous avons évoqué bien sûr ce sujet extrêmement important pour nous tous. Je crois qu’on peut le dire autant en Afrique qu’en Europe, le défi auquel nous devons faire face, qui est le défi contre le terrorisme, eh bien ! Nous pouvons y faire face, nous pouvons relever ce défi ensemble. Je crois même que nous pouvons le relever qu’ensemble ; ce n’est pas en restant chacun dans notre coin que nous y arriverions et donc nos Etats, nos Présidents de la République respectifs, nos gouvernements sont très mobilisés ; les  échanges entre nos forces armées  importants, le projet commun d’institut de formation pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme qui est un très grand projet qui va se réaliser ici en Côte d’Ivoire. Et c’est très important pour nous qu’à l’échelle parlementaire, nous puissions appuyer et soutenir ces projets communs et nous continuerons à le faire.

Je serais très heureux de répondre à votre invitation, je vous remercie pour cette invitation, de pouvoir revenir à un moment plus officiel pour partager avec l’ensemble des députés de Côte d’Ivoire, et je veillerai à pouvoir répondre à cette invitation au mieux avec une délégation parlementaire française car nos échanges, ce sont aussi des échanges entre nos peuples, le peuple français et le peuple ivoirien, échanges aussi à travers nous, et nous pouvons que souhaiter conforter ces échanges extrêmement fructueux. »

Propos recueillis et retranscrits par Louis Konan




A la une

agenda du président

+

EDITO

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations




TRIBUNE INTERNATIONALE

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR