Déclaration du Président Ahoussou-Kouadio au sortir d’audience avec le Président Guillaume Soro


Déclaration du Président Ahoussou-Kouadio au sortir d’audience avec le Président Guillaume Soro

publié le Mardi 08 Mai 2018 à 15:59:30

Le Président du Sénat, Jeannot Ahoussou-Kouadio, s’est entretenu le lundi 7 mai 2018 avec le Président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, au Palais de ladite institution. Au menu des échanges, sa reconnaissance au Chef du Parlement ivoirien et au personnel de l’Assemblée nationale pour la mise en place du Sénat, la collaboration entre les deux Chambres de l’Institution.

Ci-après la déclaration du Président du Sénat face à la presse au sortir d’audience.

 (…) Nous sommes venus ce jour, ce lundi 7 mai,  payer visite  au Président de  l’Assemblée nationale pour lui exprimer notre gratitude, notre reconnaissance pour avoir mis à la disposition du Sénat de Côte d’Ivoire, le personnel nécessaire pour la mise sur pied du Sénat de Côte d’Ivoire. Nous en savons gré, nous remercions ses collaborateurs qui sont venus, qui nous ont aidés, qui nous ont apporté leur assistance technique le 5 avril, principalement le 12 avril, ceci a permis la mise sur pied du Sénat dans un cadre harmonisé, paisible digne de la Côte d’Ivoire.

Vous savez, nous sommes deux en un, c’est-à-dire le Parlement qui nous unit avec deux branches : l’Assemblée nationale et le Sénat mais les deux nous sommes en un. Donc cette unité c’est la Côte d’Ivoire, la Côte d’Ivoire que nous voulons tous grande et belle.

Nous voulons donc remercier le Président de la république, le Président Alassane Ouattara, père de la troisième République qui a voulu que nous soyons Président du Sénat. Ça été sa volonté et nous incarnons aujourd’hui donc le Sénat qui est pan du Parlement. Nous sommes donc venus saluer l’Institution, la sœur aînée puisque l’Assemblée est l’aînée du Parlement ici en Côte d’Ivoire. Et le cendrillon qu’est le Sénat, la toute dernière Institution de la troisième Constitution se veut une institution qui va dans le sens de la consolidation d’une Côte d’Ivoire paisible, harmonieuse. L’expérience de l’Assemblée nationale doit pouvoir bénéficier au Sénat d’autant plus que la Constitution de la troisième République a posé une cadre où nous sommes obligés de par la Constitution de travailler ensemble. C’est ce que sous d’autres cieux on appelle la navette entre l’Assemblée nationale et le Sénat, les projets de textes, les projets de loi, les propositions de loi doivent passer d’une Chambre à une autre mais tout cela doit se faire dans un esprit constructif, dans un esprit positif. Et nous avons échangé avec le Président de l’Assemblée nationale et nous sommes tombés d’accord. Nous avons des projets de textes, notamment le règlement intérieur du Sénat, nous l’avons soumis au regard de l’Assemblée nationale.

Le Président de l’Assemblée nationale nous a fait part à la faveur de la mise en place du Sénat, d’un projet de règlement de l’Assemblée nationale afin que les deux textes puisent être relus par les institutions en vue d’une harmonisation parce que nous sommes en train de construire le Sénat ensemble. Et construire la collaboration entre le Sénat et l’Assemblée nationale, cela doit se faire dans un esprit républicain, dans l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire qui nous unit tous. Donc voici le sens de notre visite. C’est une visite de travail, mais aussi une visite de reconnaissance et de gratitude au Président de l’Assemblée nationale qui n’a pas hésité une minute à mettre à notre disposition le personnel, ce qui nous a permis aujourd’hui de construire le Sénat, nous disons mille fois merci, mille fois merci à tout son personnel (…)

Propos recueillis et retranscrits par BAMBA Soualo




A la une

agenda du président

+

EDITO

Elections présidentielles de 2010 et locales de 2018 en Côte d'Ivoire : fissures et ritournelle dans l’affectio democraticus

Elections présidentielles de 2010 et locales de 2018 en Côte d'Ivoire : fissures et ritournelle dans l’affectio democraticus




TRIBUNE INTERNATIONALE

« L’âge d’or sera pour demain ! » Pour conjurer le pessimisme africain (I)

« L’âge d’or sera pour demain ! » Pour conjurer le pessimisme africain (I)