Assemblée générale constitutive de l'UNA-FESCI / Guillaume Soro passe « un message de fraternité, de Réconciliation et de Paix »


Assemblée générale constitutive de l'UNA-FESCI / Guillaume Soro passe « un message de fraternité, de Réconciliation et de Paix »

publié le Mardi 27 Novembre 2018 à 02:01:45

Le Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, SEM. Guillaume Kigbafori SORO, anciennement Secrétaire général de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) de 1995 à 1998, a pris une part effective, ce dimanche 25 novembre 2018 dans un espace hôtelier d'Abidjan-Cocody, à l'Assemblée générale constitutive de l'Union des Anciens de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (UNA-FESCI ).

Au cours de cette Assemblée générale, le camarade Guillaume Soro alias '’Bogota'’, a pris la parole pour passer à ses camarades, ‘’un message de Fraternité, un message de Réconciliation, un message de Paix'’. Guillaume Soro avait à ses côtés le ministre d’État, ministre de l'Enseignement supérieur, Docteur Mabri Toikeusse, invité spécial du collège des ex-secrétaires généraux de la Fesci.

Ci-dessous l’intégralité de son discours :

Monsieur le ministre d’État, ministre de l’Enseignement supérieur, 

Mesdames et messieurs, chers invités,

J'ai longtemps hésité à prendre la parole à l'occasion de cette rencontre mais j'ai fini par vaincre le complexe et je vais prendre la parole pour m'adresser à vous en tant que camarade. C'est donc en tant que camarade que je m'adresse à mes camarades de la Fesci (applaudissements).

Chers camarades, je voudrais en prenant la parole, d'abord m'adresser à mon aîné Martial Ahipeaud, premier secrétaire général de la Fesci, m'adresser à Eugène N’goran Djué ; m'adresser aux secrétaires généraux Augustin Mian, je n'oublie pas Charles Blé Goudé même s'il n'est pas dans cette salle ; Koffi Serge même s'il n'est également pas dans cette salle et Assi Fulgence, l'actuel Secrétaire général de la Fesci. Et à leur nom à tous, puisque chers aînés, vous m'avez demandé de prendre la parole, je voudrais que nous puissions saluer la mémoire de feu Kuyo Serge aujourd’hui décédé.

Chers camarades, l'acte de ce jour est un acte historique, c'est un acte important et si nous sommes ici, c'est parce que cet acte n'est pas du tout banal ; si nous sommes ici, c'est pour ouvrir un autre chapitre de la vie de la nation. C’est pourquoi je voudrais insister auprès de tous les camarades pour que nous puissions dans l’intérêt supérieur de notre pays, non seulement y consacrer du temps mais du cœur.

L’Union des anciens de la Fesci ! Oui, après que chacun ait fait son chemin, nous nous sommes retrouvés et nous avons compris qu’au-delà de notre différence, de notre diversité politique, religieuse, ethnique, nous avons réalisé qu'il y a un dénominateur commun quelque part chez nous tous, qui avons fait le chemin de la Fesci. Oui, il fut un temps où pour des raisons politiques, idéologiques, certainement, il nous est arrivé de nous affronter, de nous disputer, de nous diviser, certains mêmes à un moment donné ont pensé que nous étions ennemis. Mais j'ai gardé le secret espoir que le temps nous réconcilierait. Et c'est pourquoi aujourd’hui, je suis très heureux d'être ici pour consacrer et sceller la Réconciliation entre toutes les filles et tous les fils de la Fesci d'abord (applaudissements).

Je suis heureux que cela se passe et qu'il n’y ait plus d'acrimonie entre nous ; et qu'au-delà de nos convictions politiques que nous sachions que ce qui compte en définitive c'est notre pays, c'est la Côte d’Ivoire, c'est la Paix. C'est pourquoi je veux souhaiter que la solidarité agissante que nous voulons consacrer aujourd’hui dans cette salle, au-delà et je le répète, de nos différences, de nos divergences… parce que chacun d'entre nous a fait son cheminement politique. Mais je veux souhaiter que cette solidarité agissante dans la Réconciliation permette que l'UNA-FESCI, désormais dirigée par notre aîné Martial Ahipeaud que je veux féliciter ardemment, avec chaleur pour cette responsabilité nouvelle (applaudissements), je veux souhaiter que notre association, nos retrouvailles aient pour levain la sincérité et la confiance. C'est grâce à la sincérité et à la confiance que nous réussirons quelle que soit la situation de notre pays qui nous appartient à nous tous, personne n'est moins ou plus propriétaire de la Côte d’Ivoire que chacun d’entre nous. La Côte d’Ivoire nous appartient à nous tous. Je veux donc souhaiter que cette solidarité agissante fasse en sorte que la Paix, la Réconciliation soit une réalité pour tous les Ivoiriens. 

Je l'ai dit publiquement et je le répète, que tous ceux qui se sont sentis exclus à un moment donné puissent se convaincre et se sentir réintégrés dans la famille ivoirienne. Que les exilés puissent revenir, c'est pourquoi je lance un appel à Koffi Serge pour revenir dès qu’il pourra. Je veux aussi souhaiter dans la Grâce de Dieu qu'un jour Blé Goudé retrouve la liberté pour que la famille se retrouve (applaudissements). Nous sommes tous des Ivoiriens et nul ne peut se réjouir du malheur de l'un d'entre nous. Et je pèse bien mes mots, je souhaite qu'un jour, tous les fils de ce pays, nous puissions nous retrouver pour regarder ensemble l'avenir ; et c'est là que se trouve le salut de notre pays et non dans la division, pas dans la confrontation ni dans l'affrontement.

Permettez-moi de conclure mon propos puisque tout à l’heure, j'avais bien hésité à prendre la parole mais voyez-vous, donner la parole à un ancien secrétaire général de la Fesci et lui demander d’être bref (rires)... Ah oui, j'ai oublié Damana Pickass mon numéro 2 qui est aussi en exil, qu'il revienne ! Tous les exilés, qu'ils reviennent ! J'ai cité Koffi Serge parce qu’il était Secrétaire général, Blé Goudé aussi Secrétaire général. Comme Damana n’était pas Secrétaire général alors on n'a pas mis son nom sur ma liste. Bien, je vous révèle un secret, C'est Bley Daniel qui a écrit les noms pour me donner, si j'ai sauté quelqu'un, c'est lui (rires et applaudissements). Il faut que ça soit transparent et clair (rires).

Alors, puisqu’il me faut conclure, chers amis, chers camarades, tout à l’heure Eugène Djué a cité des noms de ceux qui nous ont aidés. Et quand il citait, j’ai été pris d’émotions. J'ai été pris d’émotions parce qu'il eut par le passé des moments très difficiles. Il a cité deux noms et vous me permettrez d’être subjectif et de les évoquer. Il se trouve que ces deux dames que je veux personnellement saluer parce que je pense que ma vie qui a tenu sur un fil, a résisté parce qu’elles m'ont soutenu. Je vais d'abord commencé par saluer madame Kapet Elisabeth (applaudissements). J’ai été en exil dans mon propre pays chez elle.

Je veux saluer et remercier Madame Dedi Adèle. Dans les moments les plus difficiles, Karamoko s'en souviendra, où Abidjan était encerclée et il m’était impossible de sortir, cette dame, et c'est important, juste un petit témoignage, ça ne prendra pas de temps, m'a accueilli à Yopougon-Niangon. Elle prenait d’énormes risques ; je crois que je suis resté là-bas pendant au moins trois mois, caché chez Madame Dedi. Mais voyez-vous le virus de la lutte est terrible à vaincre. Alors caché là-bas, au lieu de rester tranquille, je suis sorti pour aller faire un meeting. Et c'est là qu'on m'a attrapé (éclats de rires).Quand j'ai expliqué cela à un grand-frère, il m'a dit : « tu vois le singe, quand il veut mourir, il dit qu’il fait chaud dans la forêt et il sort pour venir en ville et on le tue. » (Rires et applaudissements)

Je voulais vraiment rendre ce témoignage et saluer madame Dedi, son époux et ses enfants parce que j'ai été adopté dans cette famille, je suis resté pendant de longs moments et j'imagine que c'est le cas pour bien d'entre nous et donc c'était l'occasion qui m’était donné de rendre hommage. Je voulais rendre hommage à tous ceux et celles qui nous ont soutenu.

Chers camarades, voici le message que je voulais vous passer, un message de fraternité, un message de Réconciliation, un message de Paix.

Je vous remercie. Vive la FESCI !

Propos recueillis et retranscrits par Louis Konan




A la une

agenda du président

+

EDITO

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations




TRIBUNE INTERNATIONALE

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR