11 avril 2011 - 11 avril 2018 : Sept ans après l'arrestation de Laurent Gbagbo, qu'est-ce qui a changé ?


11 avril 2011 - 11 avril 2018 : Sept ans après l'arrestation de Laurent Gbagbo, qu'est-ce qui a changé ?

publié le Mercredi 11 Avril 2018 à 21:21:43

Le 11 avril 2011 restera une date marquée  à l'encre indélébile dans l'histoire de notre cher pays la Côte d'Ivoire.

Sous la conduite du Premier ministre Guillaume Soro, ministre de la défense, les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) arrêtent le Président Laurent Gbagbo, qui par le refus d'accepter le résultat des urnes a créé une crise politique dans notre pays qui aura fait plus de 3000 morts.  

Sept ans après, l'espoir qu’avait suscité la venue du Président Alassane Ouattara auprès des Ivoiriens est mitigé.   

Alors que nous approchons des élections présidentielles de 2020, les craintes des Ivoiriens vonté crescendo et à raison d'ailleurs. Le climat politique s'avère orageux à l’approche de 2020. Pour preuve, les fils d'Houphouët-Boigny réunis notamment au sein du RHDP ne regardent plus dans la même direction. Cette union sacrée qui leur a valu,  et par deux fois, l'élection du Président Alassane Ouattara n'est plus d'actualité pour des questions d'égocentrisme. L’Appel de Daoukro lancé par Henri Konan Bédié, qui a vu le PDCI s’effacer au profit de la candidature unique d’Alassane Ouattara en 2015 était pratiquement un lointain souvenir jusqu'à hier mardi 10 avril 2018. Où à l'issue d'une audience que le Chef l'État, SEM. Alassane Ouattara a accordée à Monsieur Bédié, un communiqué conjoint a été lu aux termes des échanges. ce communiqué conjoint stipule que le Président de la République et le Président du PDCI-RDA ont adopté le principe de l'accord politique pour la création d'un parti unifié dénommé le " Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et pour la Paix -RHDP ".  

Immédiatement dans la soirée de la veille du jour du 7ème anniversaire de l'arrestation de l'ex-président Laurent Gbagbo, Guillaume Soro monte au créneau pour apporter, à travers un communiqué également, son soutien sans faille aux initiatives politiques prises par ses ainés le Président de la République SEM. Alassane Ouattara et le Président de la Conférence des Présidents du RHDP, M. Henri Konan Bédié.

« Le Président de l'Assemblée nationale salue cette rencontre et se réjouit que. Conformément au souhait exprimé le 03 avril 2018 dans son discours lors de la Rentrée parlementaire, le dialogue soit demeuré le maître-mot.

Il encourage les Présidents Alassane Ouattara et Henri Konan BEDIE à poursuivre ces pourparlers dans le sens de l'inclusivité.» a indiqué hier mardi le chef du Parlement ivoirien sur site internet officiel.

 

L'opposition politique, quant à elle, perdure dans la division avec les clans Affi N’Guessan et Aboudraman Sangaré, faisant la part belle à la coalition des partis au pouvoir. 

Pendant que les alliés d'hier sont dans la méfiance l'un envers l'autre, le Président de l'Assemblée nationale, SEM. Guillaume Kigbafori Soro, qui reste un des acteurs majeurs de l'Accord politique de Ouagadougou du 04 mars 2007, ne cesse de chanter partout en Côte d'Ivoire l'hymne au Pardon sincère et à la Réconciliation véritable, source d'une paix durable.  

Malheureusement cet appel au Pardon et à la Réconciliation n'est pas entendu par tous. Ainsi des crocs-en-jambe lui sont tendus pour l'affaiblir et même l'isoler : son ami, collaborateur, et directeur de Protocole, M. Kamaraté Souleymane dit Soul To Soul, pour des raisons de calculs politiciens est arrêté puis jeté en prison; certains de ses proches sont débarqués sans raison valable de leurs postes et mis immédiatement au chômage ; etc. Malgré toute cette injustice, Guillaume Soro reste scotché depuis 2015 à cet idéal de réconcilier tous les Ivoiriens sans exclusive, et il l'a encore réitéré le 03 avril dernier à la rentrée parlementaire 2018. 

« Je vous affirme donc ma volonté immarcescible de continuer ce combat pour le pardon et la réconciliation : voie qui nous conduira à la construction d’une véritable Nation ivoirienne », avait-il indiqué.  

C'est dans cet élan du Pardon et de la Réconciliation que le jeudi 20 juillet 2017, de retour d'une longue tournée européenne, M. Guillaume SORO avait déclaré qu’il réitérait sa demande de pardon à l’endroit des Ivoiriens, pour les actes que l’on pourrait lui reprocher depuis 2002 et qu’il s’apprêterait à aller demander pardon à ses « aînés, les Présidents BEDIE, OUATTARA et même Laurent GBAGBO ». 

La volonté d’aller à la paix et à la réconciliation nationale des Ivoiriens est réelle et ferme chez Guillaume Soro, c'est pourquoi il ne ménage ni son temps ni son calendrier pour aller à leur rencontre. Ses séjours dans l'Indenié et dans le Sanwi notamment à Krinjabo sont évocateurs. 

Force est de reconnaitre que sur cette question du Pardon et de la Réconciliation prônés depuis le lundi 03 avril 2017, le Pouvoir en place n’a pas beaucoup avancer. Il garde plutôt un silence total. Ni le gouvernement de Daniel Kablan Duncan, ni celui d'Amadou Gon Coulibaly ne se sont appropriés les recommandations de l' "Alliance du 03 Avril" mis en place par le député de Fresco, l'honorable Alain Agniman Lobognon et plusieurs autres de ses collègues.  

Même si des libérations significatives ont été faites, plusieurs des partisans de Laurent Gbagbo sont toujours derrière les barreaux, ce qui est à contre-courant des attentes de Guillaume Soro pour qui il y a un temps pour faire la guerre et un autre temps pour faire la paix. 

Pendant ce temps, le peuple croule sous le poids de la pauvreté. Malgré les grands chantiers d'intérêt général développés partout dans le pays, preuve d'une réussite incontestable au plan économique, les crises sociales et économiques jalonnent le quotidien des Ivoiriens. L'on se souvient de la grogne sociale avec le soulèvement populaire contre la Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE), la grogne contre la cherté de la vie, les soulèvements militaires à répétition.

Dans l'espoir que notre pays la Côte d'Ivoire rentre de plain-pied dans le jeu démocratique avec une alternance réussie en 2020, l'ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo, poursuit son procès à la Haye où il est incarcéré depuis 2011 et jugé pour crime contre l'humanité. 

 

Louis Konan

 




A la une

agenda du président

+

EDITO

Elections Locales 2018 en Côte d’Ivoire : La Compagnie Soro émerge avec audace et espérance

Elections Locales 2018 en Côte d’Ivoire : La Compagnie Soro émerge avec audace et espérance




TRIBUNE INTERNATIONALE

« L’âge d’or sera pour demain ! » Pour conjurer le pessimisme africain (I)

« L’âge d’or sera pour demain ! » Pour conjurer le pessimisme africain (I)