‘’Enquête sur’’ : Le nouveau code du mariage en Côte d’Ivoire


‘’Enquête sur’’ : Le nouveau code du mariage en Côte d’Ivoire

publié le Vendredi 02 Novembre 2018 à 19:02:09

Le 21 novembre 2012, la nouvelle loi sur le mariage en Côte d’Ivoire a  été adoptée à l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Elle  stipule que désormais « la famille est gérée conjointement par les époux ». Affirmant le principe d’égalité entre l’homme et la femme.

Un projet de loi controversé qui a entrainé la dissolution du gouvernement le 14 novembre 2012 après le vote contre par les députés PDCI en Commission le 13 novembre. Six ans après le vote de la loi, comment vivent les couples ?

Monsieur E. est agent de sécurité, il s’est marié en février 2018. Visiblement il semble ne pas percevoir de différence entre l’ancien et le nouveau code de mariage. Le plus important est de s’être marié. « Bon ! On vit comme ça », se défend-t-il.

Quant à Monsieur S., enseignant, il a récemment contracté mariage avec son épouse, il affirme que sa conjointe contribue aux charges de la maison selon ses moyens et donne ses avis sur des questions soulevées. Ayant une parfaite connaissance des nouvelles dispositions du code du mariage, il explique que les décisions doivent être prises conjointement par le couple, par exemple, l’aménagement d’une nouvelle habitation.

Monsieur O. est agent de l’Etat, selon lui, il est nécessaire de porter les lois au niveau international, de « niveler », selon ses termes, vu que les pays sont dans une phase de globalisation, d’intégration. Sinon, à la vérité, la différence entre un homme et une femme est de nature, précise-t-il.

Madame Diomandé née A. K., employée dans une compagnie de téléphonie mobile, assure qu’elle a toujours pris une part active dans les décisions familiales avant même l’adoption par les élus de la nation de cette loi.

La nouvelle disposition du mariage en Côte d’Ivoire, si elle vient résoudre la question de la gestion commune de la famille par les conjoints, existe peut-être déjà, sauf qu’elle est approuvée juridiquement.

BAMBA Soualo




A la une

agenda du président

+

EDITO

La démonstration de force démocratique du RACI : un début de réponse au vide politique ivoirien

La démonstration de force démocratique du RACI : un début de réponse au vide politique ivoirien




TRIBUNE INTERNATIONALE

Guillaume Soro Kigbafori et le Panafricanisme de Dignité

Guillaume Soro Kigbafori et le Panafricanisme de Dignité