Quand la vie familiale est "troquée" malgré soi par la politique


Quand la vie familiale est

publié le Dimanche 14 Octobre 2018 à 08:48:57

 : Guillaume Soro décide de changer les choses : " Désormais je sais ce que j’ai à faire"

 
 
Dans plusieurs tweets publiés hier samedi 13 octobre 2018, jour des élections pour les municipales et les régionales en Côte d'Ivoire, le Président de l'Assemblée nationale, SEM. Guillaume Kigbafori Soro , au travers d'une belle réflexion de sa fille Leslie, s'est résolu désormais à accorder une place de choix dans sa vie à sa famille. Pour lui, rien au monde ne peut empêcher un père d'accorder de l'amour et de l'attention à ses enfants. Il a donc décidé de changer les choses : 
 
Sa communication sur Twitter :
 
Chers Tous,
 
En cette période électorale, quelque peu énergique, distrayons les esprits. Je me suis strictement abstenu de tout propos ou tout écrit, comme vous l’avez certainement remarqué. Ma posture a été de laisser le jeu démocratique se dérouler sereinement, sans interférence.
 
Eh bien ce temps gagné, j’ai pu le consacrer à ma famille. Enfin quelques jours, juste quelques jours ! Vous ne me croirez certainement pas! J’ai découvert que les enfants d’aujourd’hui sont terriblement précoces intellectuellement.
 
Un soir où j’étais avec mes enfants à essayer de me connecter et à bavarder avec eux, j’en suis arrivé à me plaindre du comportement de mon aîné.
 
Et tenez vous bien! Sa sœur Leslie ( j’étais en exil quand elle née et je ne l’ai pas vu grandir) venant à la rescousse de son aîné, me dit ceci : « Papa, tu sais le manque d’attention crée l’action. Et on pose des actes pour attirer l’attention ».
 
J’ai été frappé, je dirais même sonné par la pertinence et l’acuité de cette assertion ! Mon Dieu! J’ai ressenti de la culpabilité. Mais elle me l’a dit si gentiment que je ne pouvais me fâcher.
Cette phrase s’est insérée au cœur de mon âme et s’y est installée. J’y ai longuement réfléchi. Elle avait tellement raison, ma Leslie !Je lui ai promis que j’en ferai un tweet et m’en souviendrai longtemps. Et elle  de rétorquer : “Papa, elle est à moi cette phrase”.
 
J’étais avec mes amis Idriss Fesci, Zokou Noël et mon aide de camp Herman Koné. Idriss a souri et a répondu: « D’accord Leslie, je vais te payer les droits d’auteur ». Et elle, toute heureuse de rétorquer : “ Et si tu nous offrais un restaurant à la place?” Ce qui fut vite fait.
 
La nuit, pendant que j’étais couché, j’ai retourné cette phrase plusieurs fois dans ma tête. 
 
Quand le matin, mon Chef du protocole m’a appelé d’Abidjan pour prendre de mes nouvelles, je lui ai rapporté les propos de Leslie.
 
Pour la petite histoire, Soul To Soul, c’est le premier visage que Leslie a connu à sa naissance. Lui et moi, en avons discuté et autant dire que nous y avons médité. 
 
Je l’avoue, je continue de m’interroger: comment cette enfant a pu m’enseigner une telle leçon de choses.
 
Oui, accordons de l’attention, manifestons de l’amour à nos enfants. Ne faites pas comme moi. Même aux adultes, accordons de l’amour et de l’affection.
 
Certains comportements, je m’en rends compte, peuvent résulter de cet état d’esprit (que nous considérons comme un détail parce que nous sommes absorbés au quotidien par la multiplicité de nos tâches).
 
Bien souvent, nous ne discernons pas le manque chez les autres. Et les réactions consécutives à ce manque que nous n’avons su deviner, nous surprennent toujours.
 
Merci pour la leçon Leslie ! Quand tu liras ce post, tu verras là la promesse de ton père de faire beaucoup plus attention à vous. Je sais que vous n’avez jamais douté de mon amour pour vous. La tâche m’a absorbé. Le quotidien m’a tenu prisonnier.

Désormais je sais ce que j’ai à faire. 
 
Bisous les enfants.




A la une

agenda du président

+

EDITO

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations




TRIBUNE INTERNATIONALE

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR