Conclave du RACI/ M. Sié Coulibaly : « Guillaume SORO est le leader naturel d'une génération »


Conclave du RACI/ M. Sié Coulibaly : « Guillaume SORO est le leader naturel d'une génération »

publié le Mardi 20 Novembre 2018 à 13:40:31

Intervention de M Sié Coulibaly représentant des mouvements Guillaume SORO. C’était ce 18 novembre 2018 à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du conclave du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI) au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan.

« Honorable SORO Kanigui, Président du Rassemblement pour la Côte d'Ivoire (RACI), et son bureau, Chers amis représentants de toutes les coordinations du RACI, venues de toute la Côte d'Ivoire, Chers frères des organisations et mouvements de soutien à Guillaume Soro, Distingués invités en vos rangs, grades et qualités, Chers frères et sœurs

Au moment où s'ouvre ce cinquième conclave, je tiens tout d'abord, au nom de tous les mouvements de soutien à Guillaume Kigbafori SORO que je représente, à remercier la direction du RACI pour l'estime et la considération qui ont motivé cette invitation.

Nous profitons de cet instant pour demander de vous lever et d'observer une minute de silence en mémoire de notre jeune frère SORO Kagnon lâchement assassiné à Korhogo et qui vient d'être inhumé.

Nous vous remercions.

Distingués invités, chers frères et sœurs, en organisant ce conclave, le Rassemblement pour la Côte d'Ivoire tient à réunir toutes les forces vives, les compétences qui existent autour de Guillaume Soro pour échanger et discuter de l'avenir de notre pays à un moment crucial, à presque deux ans jour pour jour des futures échéances électorales de 2020 : celui du passage de témoin. Un moment important pour la vie de toute Nation.

C'est à juste titre que vous avez choisi comme thème de ce conclave "Côte d'Ivoire, construire un État de droit". L'État de droit, étant une quête sans cesse à assouvir. En effet, sans rentrer dans le détail d'une communication, l'État de droit s'entend comme la soumission de l'État, en tant que puissance publique aux règles que lui-même s'est édicté. L'État de droit implique en général trois conditions.

Premièrement, le respect de la hiérarchie des normes. Les normes doivent être entendues comme des lois au sens large du terme. Il existe dans tout État de droit, une classification des normes ; les normes supérieures c'est-à-dire les traités et la Constitution jusqu'aux normes inférieures que sont les règlements, en passant par la loi votée par l'Assemblée nationale. L'État et tous les citoyens doivent dans un État de droit respecter cette stricte hiérarchie sous peine de sanctions.

Deuxièmement, l'État de droit implique l'égalité de tous devant la loi. Cela signifie que la force publique que représente l'État doit elle-même respecter à travers ses propres décisions et règlements, l'ensemble des règles juridiques en vigueur, mais aussi que les personnes physiques et morales peuvent contester les décisions de la puissance publique (L'État) à travers des actions en justice.

Troisièmement, l'État de droit implique l'indépendance de la justice. Cela signifie l'existence de juridictions indépendantes. Des juridictions qui doivent trancher les conflits sans traitements différenciés.

Distingués invités, chers frères et sœurs, pour mener à bien cet État de droit, il faut un leader. Vous connaissez bien le proverbe Kenyan qui dit : "une armée de moutons dirigée par un lion peut vaincre une armée de lions dirigée par un mouton ". Ce proverbe met l'accent sur l'importance du leader qui doit emmener, qui doit mener cette vision.

Mesdames et messieurs Chers frères et sœurs des mouvements de soutien, à  bien regarder, un leadership naturel se dégage et concentre toutes ces valeurs et incarne cette vision d'Etat de droit que nous souhaitons pour notre pays ; voici les indices :

-Il a depuis sa jeunesse scolaire combattu l'injustice - Il a,  à travers la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI), dit qu'il n'y a pas d'école nouvelle sans démocratie véritable "- Les armes lui ont été imposées pour réclamer la déclassifiction des Ivoiriens -  Il a toujours rêvé d'une Côte d'Ivoire démocratique, égalitaire et prospère - Il a organisé pour cela les premières élections transparentes et inclusives - Il a défendu le résultat de ces élections - Il a contribué à travers les différents postes qu'il a occupé au repositionnement de son pays sur l'échiquier international -  Il prend aujourd'hui son bâton de pèlerin pour parler à travers le pays de Pardon et de réconciliation.

Cet homme s'impose comme le leader naturel d'une génération qui a connu les pires difficultés de ce pays et qui certainement va contribuer à écrire ces meilleurs moments. Cet homme est : Guillaume Kigbafori SORO.

Je vous remercie ».

Propos recueillis et retranscrits par Maiga Idrissa




A la une

agenda du président

+

EDITO

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations

Guillaume Soro Kigbafori et le leadership de Réconciliation et de Transformations




TRIBUNE INTERNATIONALE

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR

LA PHOBIE ELECTORALE EN CÔTE D'IVOIRE : ENTRE TRAUMAS DU PASSE ET ANGOISSE DE L'AVENIR