Elections Présidentielles ivoiriennes à venir / Le peuple ivoirien, tout sauf un troupeau de Panurge en 2020


Elections Présidentielles ivoiriennes à venir / Le peuple ivoirien, tout sauf un troupeau de Panurge en 2020

publié le Vendredi 09 Mars 2018 à 22:53:20

Depuis un moment, dans l’actualité politique, il est de plus en plus question de scission ou de nouvelles alliances entre certains partis politiques traditionnels. Le Président Affi N’guessan de retour d’une tournée en Allemagne a laissé entendre lundi 05 mars dernier que le Front Populaire Ivoirien (FPI) et le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) seraient très avancées dans une alliance que souhaiteraient ces deux organisations politiques.

L’on a assisté à l’éclatement du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et pour la Paix (RHDP) depuis son arrivée au pouvoir avec l’éviction du Mouvement des Forces d’Avenir (MFA) d’Anaky Kobena et de l’Union pour la  Démocratie et pour la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) du Docteur Albert Mabri Toikeusse. Aujourd’hui, avec l’évolution de la situation politique, on sait clairement ce qu’il en reste du mariage entre le PDCI et le RDR.

Et donc, à un jet de pierres des élections présidentielles de 2020, le peuple de Côte d’Ivoire doit prendre son destin en main. Il doit déconstruire ces arrangements politiques aux desseins égoïstes et même s’affranchir des prisons des différentes formations politiques. Qu’est-ce que le peuple ivoirien a-t-il obtenu de ces rassemblements politiques comme le Front Républicain hier et aujourd’hui, le Rassemblement des Houphouëtistes  pour la Démocratie et la Paix  (RHDP),  si ce n’est diviser les Ivoiriens entre eux. Encore, si les leaders de ces partis politiques avaient l’humilité de demander pardon aux Ivoiriens comme le Président de l’Assemblée nationale, SEM. Guillaume Kigbafori Soro, ne cesse de prôner, à son corps défendant,  depuis maintenant une dizaine d’années.

Les Ivoiriens doivent d’abord faire le bilan des alliances passées avant de s’engager dans une autre  alliance, qui n’en vaut vraiment pas la peine. L’exemple de la France avec l’arrivée du Président Emmanuel Macron doit nous interpeller et mieux, nous servir d’exemple. Avec son arrivée, c’est un sang nouveau qui arrive au pouvoir avec de nouveaux visages. L’ancienne classe politique traditionnelle des Républicains et des socialistes ont été pratiquement tous mis à la retraite donnant ainsi l’opportunité à d’autres cadres français de porter haut, au sein de l’Exécutif et du Législatif, le flambeau de la France. C’était avec beaucoup d’honneur que le chef du Parlement ivoirien Guillaume Soro a accueilli récemment son homologue français, M. François de Rugy, en visite privée en Côte d’Ivoire. Le Premier ministre français Edouard Philippe en est également un exemple criard de ce changement brutal de la configuration politique française.

Les Ivoiriens, surtout la jeunesse, suivent avec intérêt tous ces bouleversements politiques dans le monde. Le républicain Donald Trump conspué par son parti lors des dernières élections  n’a-t-il pas eu l’approbation des Américains dans leur majorité?

Nous devons saluer cette force de l’audace de ces candidats indépendants à travers le monde et particulièrement en Côte d’Ivoire. L’heure n’est plus au cantonnement des militants dans quels que partis politiques que ce soit, mais plutôt aux projets de sociétés, aux débats contradictoires et constructifs pour une Côte d’Ivoire meilleure. Hélas, certains probables candidats sans charisme plongés dans l’immobilisme gérontocratique, comptent sur la bannière de leur parti politique, convaincus que le peuple, troupeau de Panurge ne vote que les hommes et non les idées. C’est méconnaître le peuple ivoirien, qui scotché au respect de la nouvelle Constitution fera entendre sa voix en temps opportun.

Pour sa part, six (06) ans, jour pour jour aujourd’hui jeudi 8 mars 2018, après sa démission de la primature,  le Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, SEM. Guillaume Kigbafori Soro, à l’occasion de ses vacances parlementaires, parcourent quelques contrées du pays pour chanter avec les populations ivoiriennes l’hymne au Pardon, à la Paix et à la Réconciliation, gages d’un développement durable. 

Louis Konan

 




A la une

agenda du président

+

EDITO

Alassane, le RDR et le PDCI-RDA: la dure réalité du pouvoir

Alassane, le RDR et le PDCI-RDA: la dure réalité du pouvoir




TRIBUNE INTERNATIONALE

Réflexions sur les inondations catastrophiques en Afrique : de l’émotion superstitieuse à la raison écologique (

Réflexions sur les inondations catastrophiques en Afrique : de l’émotion superstitieuse à la raison écologique (