Abi Daman Koné (Coordinateur national du RACI) : « Guillaume SORO a montré toutes les qualités d’homme d’Etat »


 Abi Daman Koné (Coordinateur national du RACI) : « Guillaume SORO a montré toutes les qualités d’homme d’Etat »

publié le Dimanche 19 Aout 2018 à 18:02:47

M. Abi Daman Koné, professeur certifié de lettres, a animé une conférence publique ce samedi 18 août au foyer des jeunes de Bouaké au quartier Koko. A la suite des échanges avec les mouvements de soutien à Guillaume SORO composés de nombreux jeunes de Bouaké, le conférencier s’est plié à quelques préoccupations que nous avons bien voulu lui soumettre.

En sa qualité de coordinateur national du Rassemblement pour la Cote d’Ivoire (RACI) dont Guillaume SORO en est le président d’honneur,  le professeur Abi Daman Koné a passé en revue ce qu’il sait de Guillaume SORO.  Ses attentes vis-à-vis des mouvements de soutien à la cause du Chef du parlement ivoirien.  Il s’est prononcé sur l’affaire SORO Kognon, ce jeune étudiant membre du RACI qui a perdu récemment la vie dans le cadre des activités de ce mouvement.

ENTRETIIEN

Q : Monsieur ABI Daman Koné, nous avons suivi cette conférence publique que vous venez d’animer et vous avez conclu que Guillaume SORO a le profil idéal pour être un homme d’Etat. Qu’est-ce qui fonde cette  affirmation de votre part ?

A.D.K : J’ai été sollicité pour venir animer une conférence sur le thème ‘’Guillaume SORO, profil idéal de l’homme d’Etat’’. Evidemment j’ai été heureux et très honoré d’autant que la tâche m’a semblé aisée tant l’homme Guillaume Kigbafori SORO de par son parcours syndical et politique a montré toutes les qualités d’un leader, d’un homme d’Etat. Aujourd’hui, partisans comme détracteurs sont unanimes à reconnaitre ces qualités. Raison pour laquelle, aujourd’hui des millions d’Ivoiriens réclament sa candidature en 2010. Je crois que c’est un challenge que tous les mouvements soroistes doivent gagner.

Q : A quel niveau vous situez votre motivation à venir animer une conférence sur le thème portant le profil d’homme d’Etat de Guillaume SORO ?

A.D.K : J’ai dit tout à l’heure que les mouvements soroïstes doivent gagner le challenge de la candidature de Guillaume SORO en 2020. C’est l’une des raisons pour laquelle d’ailleurs, je suis venu pour animer cette conférence. Motivé, c’est le soroïsme. Parce qu, aujourd’hui tout le monde sait qu’Abi Daman Koné œuvre à faire avancer cette philosophie qu’est le soroïsme ici en Côte d’Ivoire. Et chaque fois qu’il s’agira de parler de Guillaume Kigbafori SORO, je serai présent. Surtout quand il s’agit d’une conférence publique qui participe de la formation politique. Parce que cela est important que les leaders politiques soient suivis par des partisans formés politiquement. Il est donc important d’avoir des membres formés.

Q : Nous allons nous adresser au coordinateur national du RACI en abordant un autre point en dehors de la conférence publique du jour.  Pouvez-vous nous éclairer davantage sur ce qu’il convient désormais d’appeler l’affaire SORO Kognon, un de vos membres qui a malheureusement perdu la vie à Korhogo  dans des circonstances déplorables sur le lieu d’un meeting du RACI qui devrait se tenir, et dont les obsèques sont en suspend ?

A.D.K : Le cas SORO Kognon est un scandale démocratique.  L’affaire de SORO Kognon est tout à fait scandaleuse. Voilà un jeune étudiant partisan de la cause soroïstes qui a été tué tout simplement parce qu’il suit Guillaume SORO. Et les parents ainsi que ses amis s’apprêtent à faire le deuil c’est en ce moment que des mains viennent confisquer le corps dans le cadre judiciaire. Le corps est déposé à Abidjan et nous attendons tous.

Q : Monsieur le coordinateur du RACI, Guillaume SORO votre président d’honneur a tout de même demandé le pardon pour une réconciliation vraie et le Président de la République à la suite de son discours du 06 août a procédé à de nombreuses libérations, on peut quand même dire qu’il ya satisfaction ?

A.D.K : Certes, nous sommes satisfaits, c’est un pas. Mais la réconciliation est un processus. Pour atteindre la vraie réconciliation, il faudrait que chacun s’y mette. Tout le monde ainsi que la communauté internationale a été unanime que c’est un grand geste que le Président a posé. Mais en retour, ceux qui ont bénéficié de cette amnistie, qu’ils mettent de l’eau dans leur vin. Ce qui nous a été donné de constater, d’entendre et de voir ces jours-ci, de la part d’un bénéficiaire de cette amnistie fait peur. On voudrait nous faire ramener aux vieux démons. Il faudrait que chacun fasse un effort pour s’engager sur la voie de la vraie réconciliation, gage d’une démocratie véritable dans notre pays.

Interview réalisée et retranscrite à Bouaké par Idrissa Maiga 




A la une

agenda du président

+

EDITO

La démonstration de force démocratique du RACI : un début de réponse au vide politique ivoirien

La démonstration de force démocratique du RACI : un début de réponse au vide politique ivoirien




TRIBUNE INTERNATIONALE

Guillaume Soro Kigbafori et le Panafricanisme de Dignité

Guillaume Soro Kigbafori et le Panafricanisme de Dignité