Activités parlementaires : Le Sommet parlementaire Afrique-Europe a ouvert ses travaux


Activités parlementaires : Le Sommet parlementaire Afrique-Europe a ouvert ses travaux

publié le Lundi 27 Novembre 2017 à 15:34:18

Les travaux du Sommet parlementaire Afrique-Europe ont débuté  ce lundi 27 novembre 2017 à l’Assemblée nationale en présence des parlementaires panafricains et européens. Plusieurs interventions ont marqué la cérémonie d’ouverture à l’hémicycle. Entre autres, celle du député Koné Dognon en sa double qualité de représentant du Chef du parlement ivoirien Guillaume SORO à cette grande rencontre et président délégué du groupe national des députés ivoiriens au parlement panafricain.

Le député Koné Dognon a d’abord souhaité la bienvenue en terre ivoirienne aux différentes délégations avant de remercier le Président SORO Kigbafori Guillaume, qui selon lui,  a autorisé la tenue de ce sommet parlementaire dans les locaux du Palais l’institution. Ensuite, au nom du Chef du parlement ivoirien, le président délégué a situé l’importance qu’attache l’Assemblée nationale à ces travaux qui vont se tenir en son sein durant deux jours :

 

« C’est pour nous un véritable et immense honneur que d’accueillir ce Sommet Parlementaire qui regroupe des Représentants des Peuples Africains et Européens, Peuples séparés par leurs nombreuses différences et jadis très éloignés aussi bien par la distance que par leurs cultures, mais qui finalement se sont retrouvés liés par l’Histoire.

Permettez-moi d’évoquer les propos de celui que j’ai l’honneur de représenter, propos tenus lors de la première session ordinaire de la présente législature de notre Assemblée nationale, par lesquels il a placé cette législature sous le signe du pardon et de la réconciliation, de l’union des fils et filles de la Cote d’Ivoire. C’est ce souvenir que ravive en nous votre présence, représentants des peuples africains et européens, peuples ayant connus de longues périodes de conflits et de guerres, et qui avez finalement pu surmonter toutes ces épreuves par la force du pardon et de la réconciliation », a rappelé le représentant de Guillaume SORO.

 

 Il s’est par la suite réjoui du choix de l’institution parlementaire ivoirienne pour abriter ces travaux :

« Nous espérons que le cadre que nous vous offrons sera propice à la bonne tenue de vos travaux et que de riches réflexions et constructives propositions émaneront de vos délibérations…  J’ai vraiment bon espoir que cette rencontre amorcera l’instauration d’une ère nouvelle dans les relations nos deux continents », a-t-il souhaité au nom de Guillaume SORO.

 

Invité au micro, M, Michael Gahler, président de la délégation du Parlement Européen pour les relations avec le Parlement Panafricain, a saisi la tribune du parlement ivoirien pour passer en revue certaines grandes questions qui se posent au continent africain et européen : « En matière de paix et de sécurité qui est un sujet de préoccupation majeur des deux côtés de la méditerranée, nous parlementaires européens, estimons qu’il est temps que l’Europe réinvestisse dans sa relation avec l’Afrique, que nous fassions plus face aux insuffisances de l’architecture africaine de paix et de sécurité et que nous intégrions la question du changement climatique comme une des données intrinsèques de la paix et de la sécurité sur le continent africain ».

 

Par ailleurs, au nombre des nouveaux enjeux mondiaux, la question migratoire n’a pas été omise par le parlementaire européen : «  La question migratoire tient une place croissante, y répondre demande de considérer et de traiter en même temps l’ensemble des causes de ce phénomène en vue d’aboutir à une migration qui soit de plus en plus circulaire et de plus en plus régulière au lieu d’irrégulière », a-t-il déclaré.

 

L’allocution d’ouverture a été prononcée par SEM Roger NKODO Dang, président du Parlement Panafricain. Dans son adresse, il a soutenu que le Parlement Panafricain est d’avis que le présent Sommet offre l’occasion unique de discuter au plus haut niveau politique de la vision stratégique qui devra sous-tendre la refondation du partenariat politique Europe-Afrique pour les 20 prochaines années. Et cette refondation indique-t-il, passe par un nouveau cadre de coopération et de partenariat politique entre l’Europe et l’Afrique. «  Pour le Parlement Panafricain, quatre  principes fondamentaux devront guider le processus de négociation de ce nouveau cadre  de partenariat et de coopération : Reconnaître l’Afrique comme une et indivisible, ce qui veut dire intégrer dans le partenariat les pays de la façade méditerranéenne de l’Afrique ; mettre les deux Unions (Union Africaine et Union Européenne) au cœur de la conduite des négociations pour le nouvel accord de partenariat ; mettre en place un cadre politique,  juridique et financier unique, en soutien à la mise en œuvre de l’Agenda  2063 de l’Union Africaine, et de la Stratégie conjointe Europe-Afrique redéfinie et incluant tous les niveaux de gouvernance, depuis le niveau local jusqu’au niveau continental ; mettre les institutions légitimes représentatives de l’architecture de gouvernance de nos deux unions au cœur de la conduite de ce partenariat », a-t-il confié.

Aux dires du président du Parlement Panafricain, la crise migratoire actuelle est le signe le plus accablant de l’échec du partenariat.

 

« Le traitement de la question de la migration avec tous les abus et atteintes aux droits humains auxquels elle donne lieu aussi bien en Afrique même qu’en Europe, montre à quel point le risque de tension et de conflictualité est grand entre nos deux régions, si l’on ne change pas de narration et de logiciel. Il est difficile de convaincre de l’utilité du partenariat Afrique-Europe si l’on a l’impression qu’il n’est pas établi sur la base de la reconnaissance de l’égale dignité des êtres humains et de la nécessité d’un dialogue d’égal à égal », a indiqué le président du Parlement Panafricain.  Avant de déclarer l’ouverture des travaux, il a souhaité que les parlementaires panafricains engagent leurs collègues européens à travailler étroitement avec les parlements nationaux afin de donner corps aux engagements pris lors du présent Sommet Parlement Panafricain et européen.

Il faut rappeler que ces travaux prennent fin ce mardi 28 novembre sanctionnés par une déclaration conjointe qui sera présentée aux Chefs d’Etat, présents également à Abidjan pour les assises Sommet Afrique – Union Européenne.

 

Maiga Idrissa

 




A la une

agenda du président

+

EDITO

Les leçons du Leadership éthique de Mandela à l’élite ivoirienne

Les leçons du Leadership éthique de Mandela à l’élite ivoirienne




TRIBUNE INTERNATIONALE

Symbolique de l’assassinat politique du jeune Soro Kognon : le coup de gong de l’ignominie en Côte d’Ivoire

Symbolique de l’assassinat politique du jeune Soro Kognon : le coup de gong de l’ignominie en Côte d’Ivoire